Sothik

Sur scène : un travail polyphonique, des artistes complices et engagés
Auteurs  : Marie Desplechin – Sothik Hok, édition l’école des loisirs septembre 2016
Illustrations : Tian – Adaptation    : Olivia Kryger
Conception et mise en scène         : Olivia Kryger – Marie Piemontese
Comédiennes et percussionniste  : Claudie Decultis, Olivia Kryger, Nicolas Larmignat
Création musicale et sonore          : Nicolas Larmignat
En 1975, l’armée de la forêt prend le pouvoir au Cambodge, Sothik a alors huit ans. Phnom Penh tombe le 17 avril, le pays devient un immense camp de prisonniers.
Les livres sont brûlés, la religion interdite, l’argent aboli.
Les professeurs, les savants, les médecins sont persécutés, torturés, tués.
La terreur et la famine s’installent dans tout le Cambodge. Tout en prétendant vouloir rétablir la justice et l’égalité, le projet de l’Angkar (l’Organisation) est d’asservir le peuple Cambodgien, la propagande est incessante.
Les enfants sont privés de leurs familles pour être élevés et endoctrinés par des cadres Khmers rouges. Sothik, séparé de ses parents et ses frères et soeurs, est contraint de rejoindre un groupe de garçons de son âge avec lesquels il va devoir survivre et travailler.
Quatre ans plus tard, les Khmers rouges seront chassés du pouvoir par les Vietnamiens. En janvier 1979 on comptait 1,7 millions de morts, presque un tiers des habitants du pays.
A la fin de la guerre, Sothik retrouvera ses parents et frères et soeurs, il réapprend à retrouver ses émotions, il s’éloigne de la peur et accepte à 12 ans de retourner à l’école.
« Raconté à hauteur d’enfant, le texte est à la fois un récit d’aventures, un repère historique, et une leçon d’humanité. Le caractère singulier de l’histoire de Sothik, qui retrouve sa famille à la chute du régime, permet de ne pas avoir à affronter le désespoir et l’horreur qu’inspirent par exemple « L’élimination » de Rithy Panh et Christophe Bataille, et de laisser savoir qu’il y a une vie après l’enfer. L’enfant Sothik est un héros finalement victorieux. » Marie Desplechin